L’Archipel du Svalbard au cœur de l’Océan Arctique, à 1000 km environ du Pôle Nord…

 

Il est des destinations de découverte rare dans le monde. L’île du Spitzberg et tout son archipel en est une à mes yeux…
Habituée des voyages au long cours de préférence au cœur de grands espaces naturels, l’archipel du Svalbard fera à n’en pas douter longtemps partie de mes tops 10 destinations !

Si le Grand Nord m’interpellait depuis longtemps avec l’irrésistible envie de marcher sur les traces de ces téméraires explorateurs des 15e, 16e et 17e siècles et de ces plus récents aventuriers de l’impossible en ballon ou dirigeable telles les expéditions d’Andrée, Amundsen, Nobile…, je ne savais pas trop ce que j’allais trouver… et surtout quel effet cette expédition aurait sur moi !

Du fantasme à la réalité….

Comme la plupart de mes compagnons d’exploration, c’est avec beaucoup d’émotion que j’ai vécu ce voyage, confrontée à une nature qui force le respect, toute aussi inhospitalière qu’attirante, froide et forte que chaleureuse et fragile !!!
Difficile en effet de retenir son émotion face à la variété de paysages impressionnante, à l’exceptionnelle faune observée dans des conditions uniques avec une météo particulièrement clémente offrant une superbe lumière dense et contrastée.
Ajouté à cela, l’encadrement professionnel et sympathique d’une équipe de guides passionnés et passionnants et un personnel chaleureux aux petits soins à bord du très confortable Plancius, ancien navire de recherche océanographique à l’usage de la marine royale hollandaise aménagé en 2009 spécifiquement pour des croisières d’expédition en milieu polaire.

En 10 jours, depuis Longyearbyen, la capitale administrative, nous avons contourné l’archipel du Svalbard d’Est en Ouest, parcourant 2320 km, nous rapprochant au plus du Pôle Nord dans les limites que nous fixait la banquise, soit jusqu’à 80°42 et nous offrant une escale sur l’île Blanche à l’extrémité Nord Est de l’archipel…

 

Naviguant d’îles en îles, de fjords en fjords, de glaciers en glaciers, nous observons la variété et la beauté vertigineuse des reliefs de cette nature encore vierge, modelée et façonnée par le gel et les glaces, résultat de l’action glaciaire débutée il y a quelques 2, 3 millions d’années !!

Sous nos yeux ébahis, la planète bleue nous offre ici ses « tripes » dans d’habiles combinaisons géologiques
Des reliefs tantôt escarpés, dentelés, saillants… tantôt charnus, modelés, ronds… Toujours dépourvus d’arbres et d’arbustes en raison des vents et du froid qui laissent seulement une petite place à la Toundra en été.

Et bien sûr, la banquise… à perte de vue, un spectacle unique où le ciel fusionne avec la mer dans une atmosphère de bout du monde…..

L’homme est décidément bien peu de chose devant ce spectacle…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A côté du relief, il y a bien sûr la faune, sauvage et rare, parfois curieuse et coopérative et en tous les cas toujours merveilleuse et captivante…
Au premier plan, bien sûr, le Roi de l’Arctique, le Seigneur de la Banquise : l’Ours Polaire, l’Ursus Maritimus. Et là, on nous a prévenu… aucune garantie de le voir… Peut-être aurons-nous la chance de l’apercevoir de loin, tout au plus !
Mais c’était sans compter sur les Dieux bienveillants du Spitzberg qui en avaient décidé autrement !!
Non seulement nous allons voir l’ours polaire, mais de près, de très près et surtout, il va venir à nous !!
En effet, par deux fois, peut-être alléchés par les irrésistibles odeurs de cuisine qui s’échappent de notre bateau, de jeunes ours se dirigent vers nous. Précédemment repérés sur la banquise par l’œil expert de notre commandant de bord, ce dernier très coopératif avait positionné le navire au plus près d’eux.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Intéressés, curieux, truffes au vent à s’enivrer de ces odeurs inédites, les plantigrades tournent autour du bateau tantôt sur la banquise, tantôt dans l’eau… nous faisant profiter d’un magnifique moment. Ils plongent, nagent, sautent d’un floe (fragment de glace de mer en forme de radeau plat) à l’autre, se font sécher en se roulant les pattes en l’air sur la banquise !! Tout aussi patauds qu’élégants et légers malgré leurs quelques 450 kgs, ils nous comblent d’un spectacle unique !


Les naturalistes nous expliquent la chance que nous avons de croiser sur notre route ces jeunes ours qui expérimentent très probablement pour la 1ère fois la rencontre avec un bateau créant ainsi un phénomène de curiosité de leur part et nous valant le privilège qu’ils viennent à nous !!

Et que dire également de ces ours observés à terre vus de nos zodiacs. Un, repu, s’étant apparemment délecté d’un phoque dont il ne restait plus que la carcasse en bordure d’eau et un autre, broutant à flanc de falaise…

Les formidables observations du fascinant ursidé ne me font pas oublier celles tout aussi remarquables des autres espèces partageant le territoire :

– dès le premier jour, à peine embarqués, en quittant Longyearbyen et en sortant de l’Adventfjord, un petit groupe de Belougas (communément appelés baleines ou dauphins blancs)
– le lendemain, une baleine à bosse devant le glacier de la baie d’Hornsund ;
– quelques jours plus tard de grands rorquals au large de la terre du Cap Sud ;
– à plusieurs occasions, des phoques barbus sur la banquise et dans l’eau ;
mais aussi des rennes, morses, renards arctiques lors de nos balades à terre ainsi que de nombreux oiseaux dont notamment l’étonnante colonie de plus de 100 000 Guillemots de Brünnich (je ne les ai pas comptés !!) nichée sur les falaises de Alkefjellet sur laquelle la femelle pond son unique œuf en forme de poire, une forme qui lui évite de rouler et tomber de la corniche !

Étonnante nature qui pense décidément à tout !

Nos journées passent ainsi, toutes différentes et plus passionnantes les unes que les autres… ponctuées de sorties en zodiac. Les matins pour débarquer à terre et partir à l’assaut d’un point de vue ou à la découverte de vestiges (cabanes de trappeurs, tombes de baleiniers, inscriptions témoignant du passage de scientifiques, aventuriers et autres militaires du siècle dernier...). Chacun, à son rythme, peut profiter de ces sorties en groupes constitués selon nos envies, humeurs et capacités physiques…  Les rennes en bons marcheurs rapides visent les sommets où les attendent de très beaux panoramas, les bruants (passereau vivant dans les régions froides) en marcheurs plus lents  et les saxifrages (plantes herbacées vivaces) plus contemplatifs prennent davantage le temps d’observer la végétation certes rare et assez maigre mais non moins intéressante ! Lichens, mousses, Linaigrette (proche du coton), Pavot du Svalbard, Renoncule des neiges et autres plantes vivaces joliment colorées, parfois en forme de coussin constituent l’essentiel de cette Toundra, végétation rase adaptée à l’environnement arctique.
Les après-midi, les sorties en zodiac se font sans débarquement à observer notre environnement. Slalomant entre les icebergs et les floes au cœur de la banquise, le moteur arrêté, seul le crépitement de la glace rompt le silence… Un spectacle apaisant et tellement incroyable !

Amateurs de géomorphologie, géologie, minéralogie… et autres sciences de la terre et du vivant, cette terre de prime abord ingrate offre au visiteur curieux et intéressé un terrain de jeu fantastique !
Pour les néophytes, la découverte de ces paysages uniques est tout simplement la formidable opportunité de se replonger dans un temps hélas bien révolu, celui de nos cours de géographie. Les moraines, icebergs, gélifractes, calotte glaciaire et autre pergélisol sont autant de termes que nos naturalistes nous remémorent à l’occasion des récapitulatifs et conférences organisés sur le bateau pour venir étayer nos observations de la journée sur le terrain. Des moments d’échanges privilégiés et extrêmement intéressants. Les orateurs maîtrisent très bien leurs sujets et savent adapter leur discours à un public qui n’est pas nécessairement constitué de scientifiques !

Nos journées défilent ainsi inlassablement, loin de tout, hors du temps, totalement déconnectés pour notre plus grand bien-être !

Pour reprendre petit à petit « goût » ou tout au moins contact avec notre civilisation !, nous faisons escale l’avant-dernier jour dans la ville la plus septentrionale au monde : Ny-Alesund, une ville singulière au passé chargée d’histoire. Un passé qui nous est conté dans son musée où l’on retrouve, entre autres, les récits des aventures des héroïques Amundsen et Nobile…
Ancienne ville minière, elle est aujourd’hui un centre de recherches scientifiques international où il doit faire bon venir en tant qu’étudiant passer quelques mois.

Et puis, cette formidable aventure arrive malheureusement à son terme mais c’est certain, elle sera le début d’une liste que j’espère longue d’autres explorations dans ces contrées polaires. Tous les ingrédients réunis pour accompagner la réussite de ce voyage ne peuvent que donner envie de retourner dans ce milieu, cet environnement si singulier.

Un grand merci à toute l’équipe de Grand Nord, Grand Large, à Paris dont Aymeric qui nous accompagnait, à notre chef d’expédition Tarik et ses guides accompagnateurs, naturalistes : Ombline, Marie, Bernard, Gérard, Stéphane, Raphaël et Lucas ainsi qu’à tout le personnel de bord constitué pour beaucoup de marins philippins avec qui j’ai eu plaisir à échanger sur leur beau pays découvert l’an dernier !!! Sans oublier bien sûr notre super commandant, à l’œil expert, très coopératif et super réactif et l’invité d’honneur Erik Orsenna qui nous a gâté de ses formidables connaissances, de ses talents d’orateur et de sa très sympathique bonne humeur !

A très bientôt et en attendant, pour garder encore un peu un pied là-bas ! je vais aller dès que possible visiter le musée des mondes polaires de Stéphane, à Prémanon.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s